MÉMO - VACANCES

AVANT LE DÉPART

PRÉPARER 


.
.
.
.
.

Je prends rendez-vous chez mon médecin 

 

✅  Je fais faire un bilan santé avant mon départ et je profite de ce moment pour faire le point sur mon diabète avec mon médecin.

✅ Je vérifie avec lui que mes vaccins sont à jour.

✅ Je lui demande une attestation médicale précisant que je suis diabétique (+ une en anglais également, selon ma destination) et informant, le cas échéant,  de mes allergies.

✅ Je lui demande une ordonnance de secours (+ une en anglais également, avec le nom de mes médicaments sous leurs noms de molécules… même si le mot INSULIN(E) est universel !).

✅ Je vérifie que cette ordonnance comprend bien mon traitement mais également qu’il y soit noté la liste de tout le matériel emporté indispensable à mon traitement (aiguilles, seringues, etc) ainsi que la quantité nécessaire.

✅ Je lui demande un document faisant état de mes antécédents médicaux (+ un en anglais selon ma destination).

Je vérifie mon contrat d’assurance santé

✅  Suis-je couvert pour des soins à l’étranger ?

✅  Qu’en est-il de mon assurance rapatriement ?

 

Si je pars en Europe, je demande la carte européenne d’assurance maladie auprès de la CPAM.

MA VALISE

EMPORTER


.
.
.
.
.

Mon traitement

 

✅ Je fais une liste précise de mes besoins en fonction de la durée de  mes vacances.

Je prévois un surplus : j’emporte quelques doses supplémentaires d’insuline pour parer à un éventuel vol ou à une perte de bagages.

Bien évidemment, si ce surplus ne m’est pas utile durant le voyage, je l’utiliserai à mon retour comme traitement courant. 

Si j’ai une pompe à insuline, je pense à prendre suffisamment de catheters de rechange.
Je voyage avec une pompe à insuline

J’en parle aussi en amont avec mon médecin, pour anticiper la préparation de mon voyage avec mon prestataire de santé – notamment savoir s’il est utile d’emporter une deuxième pompe.

Une poche isotherme est bien utile pour stocker et protéger l’insuline !

En savoir plus sur mon traitement en vacances

Ma trousse à pharmacie

✅ Je prends  les médicaments habituels à emporter lors d’un voyage, notamment : antidiarrhéique, anti-vomitif.

✅ Si je pars en voiture ou en bateau, je prends quelques médicaments contre le mal des transports.

✅ Je prévois une petite trousse contre les bobos du quotidien  : pansements, crème antimoustique…

✅ Pour une hygiène parfaite, j’emporte : désinfectant, comprimés de décontamination de l’eau, lingettes nettoyantes.

NE PAS OUBLIER !  

MES PAPIERS...


✅ ma carte vitale

✅ mon attestation d’assurance

✅ mes ordonnances

✅ mon certificat médical

✅ la liste du matériel médical que j’emporte

✅ ma carte de diabétique (je peux l’imprimer sur le site de la Fédération Française des Diabétiques)

✅ ma carte de porteur de pompe (fournie par le prestataire de santé à domicile)

✅ le document faisant état de mes antécédents médicaux avec les coordonnées de mon médecin traitant à joindre en cas d’urgence

✅ les coordonnées d’un diabétologue sur place

LE VOYAGE

VOYAGER...


.
.
.
.
.

AVION

Contrôle de sécurité : 

✅ Je présente l’ordonnance du médecin consignant mon traitement + mon autorisation de transport d’insuline et la liste du matériel dont j’ai besoin.

✅ Si je porte une pompe à insuline, je le signale lors du contrôle.

Pendant le vol :

✅ Si j’ai des inquiétudes, j’en parle avec le personnel naviguant.

✅ Je bois régulièrement.

✅ Je me repose.  Surtout si le temps d’embarquement a été long et m’a fatigué.e.  J’ai à portée de mains une petite collation en cas d’hypoglycémie.

Je peux télécharger le guide sur la gestion du diabète au moment de prendre l’avion fait par la Fédération Française des Diabétiques en partenariat avec la Direction Générale de l’Aviation Civile.

VOITURE

✅ Je fais des pauses toutes les deux heures.

✅ J’ai à portée de mains une petite collation en cas d’hypoglycémie.

✅ Je protège mon insuline dans des sacs isothermes en cas de chaleur.


DECALAGE HORAIRE

✅ J’adapte dès l’arrivée mon insulino-thérapie.

Moins de 3 heures de décalage : je garde le même protocole.

Plus de trois heures : j’en parle avant le départ avec mon médecin afin d’adapter le protocole. Il peut par exemple compenser l’allongement de la journée en ajoutant une dose. Puis une fois arrivé.e,  je reprends le protocole habituel à l’heure locale du premier repas.

LES VACANCES !

SAVOURER...


.
.
.
.
.

✅  Je suis enfin arrivé.e sur place : je me repose, je me détends !

 

✅  Je mesure ma glycémie plus régulièrement qu’à l’accoutumée : les changements d’habitude peuvent la bouleverser.

La gestion de ma glycémie en voyage

✅ Je m’hydrate correctement en cas de fortes chaleurs.

 

✅ En cas d’activités physiques plus intenses ou de pratiques sportives, j’anticipe mes efforts et je fais toujours attention à l’hypoglycémie (retardée). La transpiration peut être un signe d’hypoglycémie. J’arrête l’effort immédiatement en cas de vertiges dès les premiers signes d’hypoglycémie.

Je surveille ma glycémie avant, pendant et après l’activité physique.

 

✅ Je redouble de vigilance face à la tourista (pas de viande crue, légumes et fruits soigneusement lavés à l’eau minérale, boire uniquement de l’eau minérale, etc : ce type d’infection peut déséquilibrer la glycémie).

 

✅ Je conserve de bonnes habitudes alimentaires. Je fais attention à ne pas consommer trop de desserts, glaces, sucreries ou de fruits trop sucrés… sur lesquels on craque souvent quand on est en vacances !

 

 

✅ Je fais très attention à mes pieds : je ne marche pas pieds nus, je porte des chaussures adaptées, à bords larges pour éviter la compression des pieds, avec des semelles adaptées si nécessaire.

DES TRUCS EN PLUS

Des astuces...


Les petits trucs qui simplifient la vie

J’ai mes ordonnances en double et en anglais si je voyage à l’étranger.

Je photographie mes ordonnances avec mon smartphone. Elles sont donc ainsi toujours à portée de main dans mon téléphone.

Je répartis mes réserves d’insuline dans des sacs différents pour parer aux éventuels vols ou pertes.

Je mets l’insuline dans des poches isothermes.

Je vérifie l’état de mon matériel d’injection et d’autosurveillance : piles du lecteur, de la pompe à insuline…

Je prends des piles de rechanges pour ma pompe à insuline.

Si je voyage à l’étranger et que je ne connais pas la langue du pays, j’apprends à dire ou je note sur un papier les phrases qui pourront m’aider : « je suis diabétique »,  « j’ai besoin de sucre », « j’ai besoin d’eau », etc.

Je porte un bracelet ou un collier indiquant que je suis diabétique, notamment si je voyage seul.e. Il en existe aujourd’hui de très seyants et pour tous les goûts ! Je trouve celui qui me plaît,  il peut me sauver la vie…

LES VACANCES AVEC UN ENFANT DIABÉTIQUE

ET EUX...


✅  En ce qui concerne les enfants, il est très important de faire attention aux changements de rythme. Le réveil, l’heure de coucher, les repas sont décalés et parfois même fortement modifiés : il faut rester vigilant et établir une nouvelle organisation en tenant compte de ce nouveau rythme et des activités de l’enfant (traitements, contrôle glycémique, etc).

✅  Il est raisonnable d’augmenter de toute façon le contrôle de glycémie de l’enfant en vacances.

Les séjours en colonie sont parfois compliqués à organiser… Bonne nouvelle :  l’association AJD (Aide aux Jeunes Diabétiques) organise des séjours d’été pour les enfants !

Si vous partez à l’étranger, emportez une deuxième pompe à insuline pour plus de sécurité.

Téléchargez et imprimez la version papier de ce mémo !

Elle vous permet de conserver avec vous ou d’afficher nos explications et nos conseils.


Un article qui pourrait vous intéresser : 

Diabète et vacances : délice ou supplice ?