Le Dossier Médical Partagé (DMP) est arrivé… et cette fois, c’est la bonne ! L’Assurance Maladie a annoncé mardi 6 novembre que le déploiement national du « DMP » était lancé. Après avoir été expérimenté dans neuf départements français depuis janvier 2017 (plus d’un million de dossiers ont déjà été ouverts), ce carnet de santé numérique est donc désormais disponible pour tous les patients.

La Fédération Française des Diabétiques, son Diabète LAB et Renaloo s’associent pour appréhender la façon dont les patients le perçoivent, pour saisir leurs besoins et attentes et mieux les informer sur ce dispositif. Seront prochainement réalisés des groupes de discussion et des entretiens individuels auprès des personnes atteintes de maladies chroniques, dont les personnes diabétiques et les insuffisants rénaux. Toutes les personnes intéressées ou ayant déjà utilisé le DMP peuvent nous contacter directement.

Dossier médical partagé : un carnet de santé numérique pour vous

L’objectif du Dossier Médical Partagé est que votre carnet de santé soit désormais numérique et que les médecins et spécialistes que vous rencontrez puissent le lire pour, par exemple, proposer un traitement approprié, qui tienne compte de nombreuses informations, comme vos antécédents médicaux et vos résultats d’examens (radios, analyses biologiques…).

Ouvrir un dossier médical partagé : un choix qui vous appartient

L’ouverture d’un DMP n’est pas obligatoire et dépend de votre bon vouloir. Pas d’inquiétude donc, le maintien des remboursements de santé par l’Assurance Maladie n’est pas lié à la possession d’un Dossier Médical Partagé.

Vous pouvez ouvrir vous-même votre DMP en vous rendant sur le site mon-dmp.fr. La démarche, gratuite et rapide (quelques minutes), nécessite d’être muni :

  • de votre carte Vitale,
  • d’une adresse mail ou d’un numéro de téléphone portable.

Vous pouvez également créer votre DMP dans les accueils des CPAM, dans des pharmacies (qui recevront 1 € par DMP ouvert) ou avec votre professionnel de santé.

Un dossier confidentiel, que vous pouvez maîtriser

Destiné aux professionnels de santé et aux patients, le DMP est confidentiel. C’est vous qui décidez si vous donnez ou non un accès aux professionnels de santé que vous consultez : médecin généraliste, spécialiste, infirmier, opticien… Vous pouvez choisir de masquer certains documents, excepté à votre médecin traitant. Vous pouvez également demander sa fermeture à tout moment si vous le souhaitez.

La seule exception, qui peut être refusée lors de la création concerne les situations d’urgence : en cas d’appel au Samu ou d’urgence vitale, le médecin qui vous prend en charge peut accéder à votre DMP sans vous demander votre autorisation.

Les données contenues sont protégées car elles sont stockées chez un hébergeur agréé par le Ministère des Solidarités et de la Santé. Ainsi, il est hors de question qu’un banquier, un assureur, ou encore un employeur puisse accéder à vos informations.

Pour les personnes diabétiques, quel intérêt ?

Pour tout patient, touché par une, voire souvent, plusieurs maladies chroniques, se soigner implique d’être pris en charge par un nombre toujours plus important de soignants. L’enjeu de coordination des soins est alors crucial. Pour une personne diabétique, le DMP peut par exemple faciliter la transmission d’informations entre le généraliste, le diabétologue, le biologiste, les infirmiers, le pharmacien, le podologue…

Posséder un DMP vous permet ainsi de présenter aux différents professionnels de santé que vous côtoyez une information fiable, actualisée et précise. La coordination des soins est facilitée et la prise en charge améliorée. Les interactions médicamenteuses par exemple, peuvent être largement réduite grâce au DMP. En effet, réunir toutes vos informations médicales, au même endroit, permet d’éviter par exemple des ordonnances en doublon ou des actes médicaux inutiles, voire dangereux.

1 Bas-Rhin, Bayonne, Côtes d’Armor, Doubs, Haute-Garonne, Indre-et-Loire, Puy-de-Dôme, Somme, Val-de-Marne

 

D’autres publications de la rubrique Etude :

Besoin d’un coach du sommeil ?

Affection longue durée : prise en charge des frais de santé à 100 % ?