Quel est votre rapport à la vaccination en tant que personne diabétique  ? C’était l’objet de l’enquête en ligne du Diabète LAB, diffusée entre le 10 juin et le 30 septembre 2019. Vous avez été 3 731 à répondre, nous vous en remercions !

Qui sont les répondants ?

1706

personnes diabétiques de type 1

2025

personnes diabétiques de type 2

48%

de femmes

52%

d’hommes

Un diabète avec ou sans autre maladie chronique

692

DT1 avec une autre maladie chronique

1341

DT2 avec une autre maladie chronique

1041

DT1 sans autre maladie chronique

684

DT2 sans autre maladie chronique

Les traitements

Diabétiques de type 1

pompe à insuline

insuline en stylo

antidiabétique oral

autre traitement

Diabétiques de type 2

antidiabétique oral

insuline en stylo

traitement injectable sans stylo

pompe à insuline

autre traitement

La personne qui effectue en général la vaccination

Globalement, sans disparité entre type de diabète :

le médecin généraliste

une autre personne

l’infirmière

aucune personne

le diabétologue

Le carnet de vaccination

utilisent un carnet de vaccination papier

se disent prêt à utiliser un carnet de suivi électronique

Votre rapport à la vaccination

De manière générales, les enquêtés :

  • ont confiance en leur médecin et manifestent un intérêt important pour échanger avec lui sur le sujet,
  • sont indulgents avec leur médecin, car même s’ils jugent que le thème de la vaccination n’est pas suffisamment abordé avec lui, seul un sondé sur huit le juge peu disponible pour répondre à leurs questions,
  • jugent que les informations sont claires et compréhensibles quand ils en parlent avec des professionnels de santé,
  • qui ne se vaccinent pas provient de leur confiance relative envers les vaccins, et/ou parce qu’ils n’y pensent pas. 

Conclusion  

  • Ainsi le niveau de confiance dans les vaccins des personnes diabétiques interrogées est élevé. 
  • Le niveau d’information délivré sur la vaccination est parfois perçu comme insuffisant. 
  • La couverture vaccinale et la connaissance de l’état de vaccination est non-optimal.

Ces résultats peuvent constituer des pistes de travail pour améliorer les connaissances et la communication sur la vaccination en vue d’une prise de conscience individuelle et collective. Une prise de conscience dans le sens d’une autonomisation et un « empowerment » du patient. Tout cela dans le but de mieux protéger les personnes diabétiques par une optimisation de la couverture vaccinale.

Les résultats de cette étude devaient être présentés au Congrès de la SFD, mais n’a pas eu lieu comme prévu en mars à cause de la crise sanitaire du Covid-19. Celui-ci est reporté à septembre 2020.